Bébéboc

Prochaines dates

Dimanche 17 septembre 2017 à 15h au Pot Au Noir Domaine de Rivoiranche 38650 Saint-Paul-lès-Monestier

Bébéboc

Genre Théâtre
Public Tout public
Durée 1h30


Synopsis

Dans un futur éloigné, une cinquantenaire, Julie Destroop, décide en tout dernier recours de faire appel aux techniques les plus pointues en matière de procréation artificielle pour mettre au monde un enfant qu’elle désire depuis toujours. Malgré l’opposition farouche de son compagnon Romain Louvier, qui lui, aspire à une retraite agréable et bien méritée, elle contacte une société secrète dont le nouveau programme consiste à faire naître des bébés grâce à une machine placée au domicile des « parents ». Le couple va accueillir le premier utérus artificiel…

Propos

Comédie d’anticipation sur l’égalité femme-homme et sur la parentalité de demain, ce spectacle est né d’une réflexion profonde sur l’hégémonie des valeurs masculines toujours bien présentes dans notre société (concurrence, compétition, loi du plus fort...) et sur la thèse féministe selon laquelle les femmes et les hommes seront à égalité lorsque les femmes ne porteront plus les bébés. Entre la nécessité de réaliser ses rêves et les questions éthiques et morales que pose la procréation artificielle, ce spectacle ouvre le débat sur des problématiques essentielles.

Bébéboc est issu d’une rencontre entre Catherine Gosse et Roland Depauw en 2008. Rapidement émerge une communauté de pensée et de valeurs. Partant de la question provocante de l’égalité femme-homme, ils démarrent alors un nouveau chantier.

Dans la première partie du spectacle, naît et s’amplifie un conflit entre le désir d’enfant totalement inassouvi et quelque peu insensé de Julie, cinquantenaire, n’ayant jamais connu le bonheur de devenir maman, et le refus de son compagnon Romain, sexagénaire, déjà père de deux enfants. Ce petit couple ordinaire se trouve dans une impasse relationnelle, ils n’arrivent plus ni l’un ni l’autre à se parler sans se quereller.

Alors que Romain a connu une paternité épanouissante et ne se voit vraiment plus redevenir papa, Julie croit, et ce à juste titre, que dans la vie il faut réaliser ses rêves. Elle pense que si elle ne met pas tout en oeuvre pour les concrétiser, elle court le risque de terminer sa vie dans la frustration et le désenchantement. On peut en effet affirmer que sans l’obstination à rendre réels certains de nos rêves même parfois les plus insensés, et sans l’acharnement scientifique à vouloir dépasser nos limites face à l’univers, l’être humain serait surement resté vivre dans une caverne et nous n’aurions sans doute jamais marché sur la Lune. Aussi, si la femme a porté l’être humain jusqu’à ce jour, il ne s’agit peutêtre que d’une première étape dans notre évolution. Grâce aux découvertes de plus en plus spectaculaires de la biotechnologie, ce sont peut-être un jour des machines à fabriquer les bébés qui remplaceront le ventre des femmes.

Résolument décidée à vouloir réaliser son rêve et à lutter contre la fatalité apparente dictée par mère nature, Julie contacte une société secrète, « The Foundation of New Era «, gérée par des scientifiques renommés. Ce laboratoire recherche dans la clandestinité, puisqu’aucune loi n’approuve encore leurs travaux, des couples volontaires n’arrivant pas à avoir d’enfants. Leur nouveau programme « Trans-humanity » consiste à faire naître des êtres humains d’une nouvelle espèce génétiquement modifiées. De la fécondation à l’accouchement, le processus se déroule au domicile des couples engagés grâce à un utérus artificiel installé dans leur appartement.

Ce projet ouvre cependant le débat sur des problématiques essentielles : qu’adviendra-t-il de l’espèce humaine et du devenir des enfants qui naissent de cette façon? cette technologie nouvelle ne nous confronterait-elle pas à encore plus d’artificialité ? ne donnera-t-elle pas naissance à des êtres androgynes, en totale régénérescence, recyclables, plus performants, tendant à devenir immortels ? qu’en sera-t-il de la parentalité et des rapports futurs entre les générations ? à qui appartiendront ces bébés et qui aura la priorité sur leur éducation ? enfin, qu’adviendra-t-il des rôles et des missions de chacun conventionnellement distribués, et plus particulièrement de la relation entre la femme et l’homme ?

Romain devra donc faire un choix douloureux entre sa retraite ardemment désirée et l’accompagnement de Julie dans son rêve. Le couple sera amené à connaître une véritable révolution dans laquelle seront remises en questions beaucoup d’idées reçues sur la relation entre la femme et l’homme. Les termes anciens de supériorité ou d’infériorité, d’inégalité ou d’égalité perdront tout leur sens. Julie et Romain auront pour la première fois conscience de la nausée du rôle qu’on les aura contraint de jouer depuis leur plus tendre enfance, la féminité ayant de tout temps été déconsidérée pour répondre aux besoins des cultures, des morales et des religions dans un monde où le masculin l’emporte encore aujourd’hui sur le féminin. l’utérus artificiel achèvera la libération sociale des femmes en les rendant égales aux hommes devant les contraintes physiologiques inhérentes à la procréation. Grâce au chemin parcouru, ils apprendront à vivre en égalité comme deux êtres peuvent l’être et trouveront des améliorations de leurs rapports au sein du couple. L’égalité n’est-elle pas finalement d’être libre de rêver ?

« L’homme rêve. Qu’il soit poète, philosophe, artiste, scientifique. Il rêve et finit souvent par réaliser son rêve. Le rêve est comme une source puisant au coeur de son imaginaire, de son inventivité, de sa marche vers l’avenir…Ce rêve, ce futur créé de l’imaginaire de l’homme paraît parfois sans limite. De nos jours, il s’avère que la communauté scientifique est dans la possibilité de faire se reconstituer des cellules , ce qui laisse entrevoir des guérisons de cancer et d’autres maladies graves, et d’envisager que l’être humain puisse vivre bien plus longtemps, et en bien meilleure santé. De là à créer un utérus artificiel, il n’y a qu’un pas… Face à tous « Ces Possibles », tous ces rêves à quasi portée de main, quels sont nos choix, dans nos sociétés actuelles, basées sur le profit, la consommation immédiate, la séduction et le jetable, de rester maître de nos vies, de notre libre-arbitre, de notre réflexion. Le futur apporte en effet son lot de nouvelles possibilités mais aussi de nouvelles responsabilités. Romain et Julie, comme chacun d’entre-nous, ne sont- ils pas d’éternels archétypes dans un jardin d’Eden où tout est possible, ou presque… » (Patricia Pekmezian).

En savoir +

Mise en scène

Dans une scénographie sonore et visuelle à l’image du ventre et du monde, le spectateur se retrouve plongé au coeur de l’action et finit par s’y croire un peu comme un nouveau né. Grâce notamment à la technique du mapping, permettant de projeter des images et des vidéos de grande taille sur des structures en relief, ce spectacle multimédia fait le pari de réunir la musique, le théâtre et la vidéo. Bébéboc est donc un spectacle poétique, drôle et captivant qui nous amène à réfléchir sur les questions essentielles de l’humanité.

La scénographie, espace quasiment vide en forme de bulle, représente l’intérieur d’un ventre. A l’intérieur de cet «espace-ventre», des sons et musiques diverses, des images et des vidéos sont projetées. Le spectateur est comme placé dans un cocon, retrouvant les sensations enfouies en chacun de nous, baigné dans un univers sonore et visuel racontant l’aventure imaginaire que traverserait un embryon anonyme dans un utérus artificiel. Dans cet « espace ventre » audio visuel, le spectateur vit une expérience sensorielle et se retrouve plongé au coeur de l’action.

Le Mapping :

Sur un rideau de fils blanc sont projeté des images et des vidéos évoluant au fil du spectacle en rapport avec l’histoire de Romain et Julie. Dépeignant au départ l’intérieur de l’appartement du couple (par le biais d’une fenêtre donnant sur un jardin, d’une porte ouverte sur une chambre à coucher, ou d’un ciel nuageux sur une grande métropole), le décor se transformera pour devenir l’intérieur de l’utérus artificiel... Grâce au mapping le laboratoire secret fera également intrusion dans l’intérieur de l’appartement, pouvant surveiller le processus de gestation et communiquer avec le couple.

L’espace vie devenant espace ventre, puis espace de communication et de surveillance par la société secrète, le spectateur se sentira interactivement impliqué dans un espace temps quasi « hors monde ». Il aura alors l’impression d’une aventure de télé réalité comme si tout était enregistré pour en témoigner par la suite au monde entier. Dans ce processus expérimental le spectateur jouera donc un rôle de témoin au sens large : un témoin particulier et privilégié, un peu incongru, comme le seraient des voisins assistants de trop près et sans trop le vouloir à des scènes de ménages, à des questionnements de couple d’une très grande intimité dans lesquels personne n’aurait le droit d’intervenir. Un témoin convié par la société secrète à assister de façon très indiscrète à l’évènement qui, en cas de réussite, sera diffusé dans le monde entier, comme cela se passe aujourd’hui dans les émissions de la télé-réalité. Bébéboc est donc par le sujet qu’il traite et la façon dont il le traite, un spectacle intime et même intimiste.

la musique et le design sonore contribuent à exprimer le caractère spirituel et universel du propos: des voix, des chants de style grégoriens, de la musique électronique et classique... Des bruitages spéciaux évoquent également un espace-temps où tout serait devenu virtuel, commandé par des signaux lumineux, des sons ou des gestes.

Dans l’appartement ainsi suggéré de Romain et Julie, chaque objet utile à leur vie, apparaît et disparaît, comme par magie, évoquant ainsi un espace-temps où tout serait devenu jetable et recyclable. Des articles robots, des vêtements transparents, plastifiés, légers et lumineux, permettent de raconter un monde de demain préoccupé par la technologie, le pratique, le minimalisme, l’infiniment petit, le facilement consommable...

Cependant la simplicité de l’écriture et des décors est un moyen d’imposer un réalisme nécessaire, car Bébéboc traite d’un sujet non pas de science-fiction mais bien d’une réalité future qui, au fil du temps, deviendra vraisemblablement la nôtre.

En savoir +

Bande annonce

Projets transversaux

Le spectacle peut donner lieux à des événements de sensibilisation en parallèle :

- Débats sur l’égalité femme-homme (dans le couple, face à l’enfant, dans le monde du travail, en politique, dans le langage, dans le quotidien), la question du genre, des genres, qu’est-ce qu’être un homme, qu’est-ce qu’être une femme, les perspectives d’avenir de l’utérus artificiel
- Ateliers de pratique artistique et création de pièces de théâtre-forum sur le thème
- Formations sur l’égalité femme-homme et les relations humaines : « à travers les outils de communication bienveillante, comment construire des relations qui équilibrent le féminin et le masculin ? »

Distribution

Interprètes
Julie Destroop Catherine Gosse
Romain Louvier Roland Depauw

Textes Roland Depauw
Regard extérieur Denis Mignien
Mise en scène Patricia Pekmezian
Musique et chant Igor Bouin
Design sonore Alexandre Cramoisy (aLb)
Vidéos Hervé Dumont, Adeline Kirtz (Lyne.k)
Chorégraphie Aude Berlin
Scénographie Ettore Marchica
Construction Patrick Laby
Costumes Colette Gru
Maquillage et perruques Elisabeth Delesalle
Technique François cordonnier

En savoir + sur l'équipe

Photos

+ de photos

Agenda

Prochaines dates

Bébéboc

PROGRAMMATION EN COURS

Vendredi 22 avril 2016 à 20h00
Au Petit Théâtre de templeuve

Vendredi 18 mars 2016 à 20h00
A la Salle des fêtes de Phalempin

Vendredi 11 mars 2016 à 15h00 (scolaire) et 20h30
Au Théâtre le Millénaire de La Madeleine

Vendredi 26 février 2016 à 19h30
Au Théâtre de l'Aventure à Hem

Mardi 13 octobre 2015 à 20h30
Création / 1ère représentation à la salle des fêtes de Seclin

Juillet 2015
Résidence d’artistes au Théâtre de l’Aventure à Hem

Les 18 et 20 mars 2015
Première étape de travail et temps d’échange avec le public
à la Salle des fêtes de Seclin et au Théâtre de l’Aventure à Hem

De Mars à mai 2014
Premières répétitions, création des décors,
accessoires, costumes, effets spéciaux, sons et lumières

Février 2014
Ecriture

Novembre 2013
Début de la création

Dates passées